Ornementation Stylistique Et Décoration

Détails Architecturaux Égyptiens Stylistiques

 

Plusieurs caractéristiques stylistiques architecturales étaient également utilisées en Égypte antique, telles que :

Architrave – L’architrave était un dérivé en Égypte de la poutre en pierre, partant d’un pilier à un autre dans les tombes et les temples.

 

Dès la 1ère dynastie, la plus petite tombe-mastaba privée présente une architrave typique au-dessus de la porte d’entrée.

L’architrave en pierre était utilisée pour augmenter la taille des temples et y ajouter un portique.

Les denticules carrés étaient également utilisés sur une architrave dès le tout début de l’histoire égyptienne et se trouvent sur la façade d’une tombe à Beni Hassan et sur le plafond de l’une des tombes en pierre des Pyramides, en imitation des troncs de palmier.

Voici un superbe détail du complexe des Temples de Karnak à Louxor :

 

Corniche – Elle était constamment utilisée comme détail important dans la conception des « fausses portes » qui se trouvent dans toutes les tombes et temples de l’ancienne Égypte. Remarquez également d’autres caractéristiques.

Ci-dessous figure un exemple entièrement peint d’une tombe de Saqqarah remontant à environ 45 siècles.

 

Pour leurs ouvrages, les Égyptiens sélectionnaient fréquemment des objets tels que le lotus ou d’autres plantes qui, tout comme différents animaux ou têtes d’animaux, étaient adaptés pour former une corniche, en particulier dans leurs maisons ou leurs tombes, ou pour décorer de jolies pièces de mobilier ou vestimentaires.

Tore – Le tore a été utilisé en Égypte dès le début de son histoire il y a plus de 5000 ans, et est présenté ici comme un détail important des « fausses portes » dans toutes les tombes et tous temples égyptiens.

 

 Ornementation Et Décoration Stylistiques

Nombreux sont ceux qui passent à côté des talents artistiques des anciens Égyptiens en se focalisant uniquement sur les représentations figuratives dans les édifices égyptiens.

Certains remarquent quelques variantes artistiques, mais les Égyptiens sont quand même considérés comme un peuple sans imagination qui savait donc uniquement imiter la nature, à l’image de ces chapiteaux palmiformes ressemblant aux palmiers luxuriants en Égypte.

Les modèles de conception en Égypte peuvent généralement être catégorisés en floral, géométrique, figuratif ou une combinaison de deux ou des trois styles.

Les modèles figuratifs dominent naturellement les temples et les tombes ; mais les modèles floraux et géométriques sont également nombreux.

La mentalité occidentale est obsédée par le fait de devoir donner un nom à chaque variante de ces modèles et d’y attribuer un adjectif gréco-romain à chacune, malgré sa préexistence en Égypte.

Le type floral est dépeint dans un éventail reflétant la maturité des plantes, du bourgeon fermé à la fleur éclose.

Les colonnes dans les temples en Égypte étaient bien plus que de simples structures porteuses. Les colonnes faisaient partie du temple animé organique et vivant.

On en trouve avec des bourgeons fermés

et des fleurs ouvertes :

Les modèles de conception géométriques sont omniprésents, des plafonds étoilés

jusqu’à tous les types de modèles dans les tombes et les temples partout en Égypte – bien avant qu’ils ne se répandent en Europe.

Les décorations figuratives se trouvent dans de nombreux lieux.

Le vautour :

Hathor portant un sistre sur sa tête :

Le cobra :

Une combinaison de 2 ou des trois formes de décorations—florale, géométrique et figurative.

 

Les Égyptiens ne se limitaient pas toujours à imiter simplement les objets naturels en guise de décoration.

Leurs plafonds et corniches offrent de nombreuses œuvres ravissantes et gracieuses, notamment le guillochis (baptisé à tort bordure toscane), le chevron, et la volute.

Ces éléments se trouvent sur une tombe datant de la 6e dynastie ; ils étaient donc connus des Égyptiens bien avant qu’ils ne fussent adoptés par les Grecs et les Romains.

Guillochis – La forme la plus complexe du guillochis habillait un plafond égyptien dans son intégralité plus de mille ans avant qu’elle ne fût représentée sur ces objets relativement tardifs, retrouvés à Nineveh.

Un chevron est un type d’ornement également fréquent dans l’ancienne Égypte.

La volute était également utilisée en ancienne Égypte.

Couleurs

La couleur était une composante essentielle de l’architecture égyptienne.

Quiconque comprend l’harmonie des couleurs admettra que les anciens Égyptiens comprenaient parfaitement leur distribution et leurs combinaisons appropriées.

Mais le choix des couleurs – tout comme le reste – reflète la compréhension profonde des Égyptiens concernant l’importance et l’énergie de chaque couleur et le fait que chaque couleur dérive d’une combinaison de couleurs primaires.

Les plafonds des temples égyptiens étaient peints en bleu et constellés d’étoiles pour représenter le firmament (tout comme dans les toutes premières églises en Europe) ; et sur la partie au-dessus du passage central (où défilaient le roi et les processions religieuses) étaient représentés des vautours et d’autres emblèmes ; le globe ailé était lui représenté au-dessus des portes. Tout l’édifice, ainsi que ses sphinx et d’autres accessoires, étaient richement peints.

 

[Un extrait de L’Architecture Métaphysique des Anciens Égyptiens de Moustafa Gadalla]

Afficher le contenu du livre a https://egypt-tehuti.org/product/larchitecture-metaphysique-des-anciens-egyptiens/

———————————————————————————————————————

Points de vente de livres :

A – Les livres de poche imprimés sont disponibles sur Amazon.com

B : Le format PDF est disponible sur Smashwords.com

C – Le format Epub est disponible sur Kobo.com, Apple sur https://books.apple.com/us/author/moustafa-gadalla/id578894528 et Smashwords.com

D : Le format Mobi est disponible sur Amazon.com et Smashwords.com