Dynamisation De La Semaine Diatonique

Dynamisation De La Semaine Diatonique

 

1. L’échelle Musicale Naturelle

Avant de continuer avec plus d’informations sur la connaissance de l’Egypte ancienne, nous devrions examiner quelques termes simples et fondamentaux dans notre nomenclature moderne.

• Considérez une chaîne d’une longueur donnée comme unité. Réglez-le vibrant; il produit un son — montré ici comme do.

• Arrêtez la ficelle à son point médian et réglez la moitié de celle-ci en vibrant. La fréquence des vibrations produites est le double de celle donnée par la chaîne entière, et la tonalité est soulevée par une octave [montrée ici comme do1].

• Entre la note originale (produite à partir de toute la longueur — do) et le son produit au demi-point (son octave, do1) il y a six positions où l’oreille interprète six sons harmonieux différents (re, mi, fa, sol, la, si) situés à des distances inégales les uns des autres. La réaction à tous les sons des tons naturels se caractérise par un sentiment d’équilibre incomparable.

• Les sept sons naturels reçoivent les lettres A, B, C, D, E, F et G, pour les syllabes: la, si, do, re, mi, fa et sol.

L’intervalle entre chacune de ces tonalités est le suivant (en utilisant do (C) comme point de départ):

Do et re — (C et D) — tonalité entière
Re et mi — (D et E) — tonalité entière
Mi et fa — (E et F) — demi-ton
Fa et sol — (F et G) — tonalité entière
Sol et la — (G et A) — tonalité entière
La et si — (A et B) — tonalité entière
Si et do — (B et C1) — demi-ton

La distinction entre un ton entier et un demi-ton peut facilement être reconnue sur un clavier. L’intervalle entre do (C) et re (D) a une clé noire entre eux et est donc celui d’une tonalité entière, mais entre mi (E) et FA (F) et si (B) et do (c) où la clé noire est manquante, l’intervalle est seulement celle d’un demi-ton.

Ainsi, chaque échelle diatonique a deux demi-tons — entre E (mi) et F (fa) et B (si) et C (do).

L’échelle diatonique (A, B, C, D, E, F, G) peut commencer à partir de n’importe quel son naturel, disons c, jusqu’à ce qu’il atteigne son octave à c1 (dans une série montante-ascendante), ou à C1 (dans une série d’abaissement-décroissant).

Par conséquent, il existe sept types d’échelles diatoniques, dans chaque direction, de haut en bas. Chaque échelle est désignée par sa première tonalité, telle que l’échelle C, l’échelle D, etc. Quelques exemples sont présentés ci-dessous.

 

2. Les Deux Centres Énergétiques

La majorité silencieuse actuelle du peuple égyptien (baladi) correlent les activités spécifiques de leur vie quotidienne à certains jours de la semaine. Ces activités sont concentrées en deux périodes focales: la veille du lundi (dimanche soir) et la veille du vendredi (jeudi soir), avec plus d’attention à la veille du vendredi (cela n’a absolument rien à voir avec l’Islam, que ce soit). Les cérémonies de mariage ne sont autorisées que sur ces deux nuits, avec la préférence à vendredi Eve. Des milliers de sanctuaires locaux (rien lié à l’Islam) sont visités sur ces deux veilles, avec une préférence spéciale à vendredi Eve. Les gens passent la nuit du vendredi Eve aux tombes de leurs parents défunts (contrairement à l’Islam). Les rapports sexuels entre couples mariés est très spécial le vendredi Eve. Les activités de Cour de toutes sortes sont plus répandues le vendredi soir. Tous les types d’activités (coupe des cheveux, boucherie, etc.) suivent le même modèle.

Depuis l’époque égyptienne ancienne, la semaine a commencé sur une haute note (musicale), à savoir samedi. [L’égalité de samedi à Saturne, la plus élevée, sera clarifiée à la fin de ce chapitre.] Alors, la disposition de la semaine, avec les deux veilles focales spéciales, se ressemblent comme suit:

semaine-mise en page

Les activités concentrées vers les deux extrémités de la semaine (avec deux centres d’activité, l’un plus important que l’autre) correspondent à une forme elliptique conforme à la première loi planétaire de Kepler.

Johannes Kepler (1571-1630) a redécouvert — à partir de sources égyptiennes — que l’orbite d’une planète/comète au sujet de son soleil est un sentier en forme d’oeuf (ellipse). Chaque système planétaire est équilibré seulement lorsque l’orbite de la planète est un avion en forme d’oeuf qui a deux foyers, avec le centre de la masse du soleil à l’un de ses foyers. De même, les traditions égyptiennes suivent le même modèle. Tous les aspects de leur pensée et de la société peuvent être motivés par les caractéristiques en forme d’oeuf, y compris la musique.

 

3. L’échelle Dorienne Égyptienne

La séquence la plus populaire de l’échelle diatonique à travers l’histoire égyptienne (ancienne et actuelle) est l’échelle la plus brillante, à savoir l’échelle D, qui va:

D — E • F — G — A — B • C — D1
[— indique l’intervalle complet, • indique un demi-intervalle]

d-échelle

En raison de la présence de deux demi-intervalles dans l’échelle diatonique entre E – F et B – C, l’échelle D est la seule échelle symétrique dans les deux directions, qu’elle soit ascendante ou descendante.

En appliquant la séquence des sept sons naturels de l’échelle D aux sept jours de la semaine, nous obtenons:

d-Scale-semaine

On ne peut pas s’empêcher de remarquer la symétrie des jours de la semaine qui est également en forme d’ellipse avec deux points focaux dimanche – lundi et jeudi – vendredi. Cette échelle est identique aux traditions égyptiennes des activités polaires hebdomadaires, comme indiqué précédemment.

L’échelle D ascendante est le modèle pour une communication délibérée avec des royaumes plus élevés. Dans une échelle D ascendante, le premier «intervalle» (demi-ton) est compris entre E (mi) et F (fa). Pas trop d’énergie est nécessaire à ce stade, et l’octave se développe en douceur à B (si). Cependant, le deuxième demi-ton entre B (si) et C (do) a besoin d’une énergie beaucoup plus forte pour son développement nécessaire qu’entre E (mi) et F (fa), parce que les vibrations de l’octave à ce stade sont d’une hauteur nettement plus élevée . Ce sont les raisons de la lumière des activités égyptiennes à dimanche-lundi et les activités plus grandes du jeudi au vendredi.

L’échelle D descendante représente les communications entre les royaumes supérieurs et notre royaume terrestre. Prise dans la direction descendante, une octave descendante se développe beaucoup plus facilement qu’une octave ascendante. Les forces surnaturelles exigent moins d’efforts pour communiquer avec nous sur la terre. Le premier demi-ton se produit tout de suite, entre C (do) et B (si). Pas beaucoup d’énergie est nécessaire à ce stade, où l’énergie nécessaire est souvent trouvée soit dans le c (do) lui-même ou dans les vibrations latérales évoquées par c (do). L’octave se développe en douceur à F (fa). Le deuxième demi-ton F – E (fa-mi) nécessite un choc nettement moins fort que le premier.

L’échelle la plus favorisée en Egypte est appelée Bayati. C’est une échelle D et fournit ainsi la parfaite communication harmonieuse entre le ci-dessus et le ci-dessous-vers et à partir.

L’échelle D était connue dans la Grèce antique comme l’échelle/mode dorienne. Nous trouverons plus tard que Dor-Ian est un terme égyptien qui a été et continue d’être utilisé en Egypte.

 

4. Les Doriens Égyptiens

Platon, Aristote, Plutarch, et d’autres notables grecs ont écrit en leur temps sur le mauvais état de la musique dans leur pays. Ils ont toujours fait référence à un système plus ancien et plus supérieur de la musique dans les îles grecques. Ce système plus ancien était basé sur le système musical dorien. Vieux textes grecs sur la musique utilisent toujours Dor-Ian comme un adjectif: le mode Dorien, l’échelle de Dorien, etc.

Herodotus (500 BCE), le père grec de l’histoire, a déclaré qu’il venait d’Halicarnasse, une ville de Dor-Ian. Il a clairement déclaré le lien entre les Doriens et l’Egypte dans les histoires [livre six, sections 53-55]:

[53]… Si l’on devait retracer en arrière, génération par génération, la lignée de Danaë la fille d’Acrisius, les chefs des Doriens se transformeraient en véritables égyptiens nés.

[55] On a dit assez de tout ça. D’autres ont expliqué comment et à travers quelles réalisations ils sont devenus rois sur les Doriens, en dépit d’être Egyptiens, et je ne vais pas entrer dans cela. Je vais enregistrer des choses que d’autres n’ont pas ramassé.

Hérodote, dans [55] ci-dessus, a déclaré qu’un tel fait était une connaissance commune à son époque (500 BCE) et n’avait pas besoin d’élaboration.

D’autres similitudes entre les Doriens et les Egyptiens ont été faites référence, à plusieurs reprises par Hérodote, comme dans les histoires [livre deux, section 91].

L’influence égyptienne Dorien s’étendait dans tout le bassin méditerranéen. À Tarentum, dans le sud de l’Italie, le célèbre centre de Pythagore a été créé par Pythagore et ses disciples après avoir passé 20 ans à étudier en Egypte au 5ème siècle avant notre ère. Le centre est devenu leur grand siège culturel et philosophique.

Sur le thème de la musique, cette région dorique/dorien dans le sud de l’Italie a fourni des notables tels que:

• Philolau, un Pythagoricien celèbre.

• Archytas de Tarentum (ca. 400 avant JC).

• Aristoxenos de Tarentum (ca. 320 avant JC).

Leurs écrits montrent une utilisation extensive du système égyptien antique qui leur a été transmis par Pythagore. Mais en raison d’une perte de principe, leurs écrits sont fragmentés, erronés et déroutants.

 

[  Un extrait traduit de The Enduring Ancient Egyptian Musical System – Theory and Practice de Moustafa Gadalla]

The Enduring Ancient Egyptian Musical SystemâTheory and Practice, Second Edition

Voir le contenu du livre à https://egypt-tehuti.org/product/ae-musical-system/

———————————————————————————————————————

Points de vente de livres :

A – Les livres de poche imprimés sont disponibles sur Amazon.com

B – Le livre audio est disponible sur Amazon.comkobo.com, etc.

C : Le format PDF est disponible sur Smashwords.com

D – Le format Epub est disponible sur Kobo.com, Apple sur https://books.apple.com/us/author/moustafa-gadalla/id578894528 et Smashwords.com

E : Le format Mobi est disponible sur Amazon.com et Smashwords.com