Le Système Musical Cosmique Archétypal-L’harmonie Des Sphères

Le Système Musical Cosmique Archétypal –

L’harmonie Des Sphères

 

Les Égyptiens conscients cosmiques développaient leur musique du Cosmos lui-même, l’harmonie des sphères.

La compréhension égyptienne de l’harmonie universelle, dans un sens astronomique-musical, a été confirmée par les premiers voyageurs grecs et romains. Diodorus de Sicile, dans son livre I [section 16-1], énonce:

«C’était par Thoth [Tehuti], selon les Egyptiens antiques… [qui] a été le premier à observer l’agencement ordonné des étoiles et l’harmonie des sons musicaux et de leur nature.

La relation intime entre l’astronomie et la musique est la plus importante fondamentale de la pensée égyptienne. Cette intimité se manifeste dans tous les aspects du système égyptien, comme nous le verrons tout au long de ce livre.

Alors que les universitaires occidentaux attribue la connaissance de l’astronomie aux Grecs, les premiers historiens ont rapporté le contraire. Le grand Strabo (64 avant JC-25 après JC) a admis que:

«Les prêtres égyptiens sont suprêmes dans la science du ciel… [les Egyptiens]… transmettre certains de leurs préceptes; Bien qu’ils dissimulent la plus grande partie. [Les Egyptiens] ont révélé aux grecs les secrets de l’année entière, que ce dernier a ignoré comme avec beaucoup d’autres choses… “

L’astronomie «moderne» est attribuée aux œuvres de Johannes Kepler (1571-1630 après JC), et il est crédité d’avoir «découvert» les trois lois planétaires. Pourtant, aucun de ces académiciens occidentaux ne nous dit comment Kepler est arrivé (hors de l’air mince) à ces conclusions. En vérité, Kepler se vantait en impression, à la fin du livre V de sa série, l’ harmonie du monde, qu’il a redécouvert les lois perdues de l’Egypte, comme indiqué ci-dessous:

«Maintenant, dix-huit mois après la première lumière, trois mois après le vrai jour, mais quelques jours après le soleil pur de cette étude la plus merveilleuse a commencé à briller, rien ne me retient; C’est mon plaisir de céder à la frénésie inspirée, c’est mon plaisir de railer les hommes mortels avec la reconnaissance sincère que je vole les vaisseaux d’or des Egyptiens pour construire un tabernacle à mon Dieu d’eux, loin, loin des limites de l’Egypte.

Le Jubilant Kepler n’a pas dit qu’il a lui-même découvert quelque chose. C’était plutôt de l’égyptien ancien. Clément Alexandrinus (200 après JC) mentionne 42 volumes accrédités auprès du Thoth égyptien (Tehuti) sur divers sujets. Deux livres ont été sur la musique et quatre autres sur l’astronomie, l’un contenant une liste des étoiles fixes, une autre couvrant les phénomènes du soleil et de la lune, et deux autres sur le soulèvement des étoiles. Une autre contenait une cosmographie et une géographie, le cours du soleil, de la lune et des cinq planètes.

Plusieurs divinités égyptiennes antiques (dieux/déesses) étaient associées à la musique. Un des principaux neteru musicaux (dieux/déesses) était Hathor. Ses sanctuaires se répandent dans toute l’Egypte.

Hathor était/est appelé les sept Hathors. Aujourd’hui, les Egyptiens baladi l’appellent Saba-Banat (signifiant Seven Maid-ens). Remarquez ci-dessous les 7 colonnes avec la tête d’Hathor sur la photo du temple de Philae à Assouan.

Le texte du bel hymne des sept Hathors dans le temple de Dendera montre la relation intime entre la musique et le cosmos:

Le ciel et ses étoiles vous font de la musique.
Le soleil et la lune vous louent.
Le neteru vous exalter.
Le neteru te chante.

Le texte de cet hymne se compose de sept strophes (égales aux sept sphères métaphysiques). Chaque strophe se compose de quatre lignes (égales à un tétra-corde).

Hathor est l’une des divinités très anciennes des égyptiens antiques. Les textes inscrits dans les cryptes du temple d’Hathor à Dendera indiquent clairement que le temple (restauré pendant l’ère Ptoléemaïque) était basé sur des dessins remontant au roi Pepi de la 6e dynastie (2400 avant JC). Les dessins eux-mêmes sont des copies de documents pré-dynastiques. Le texte se lit comme suit:

La vénérable Fondation de Dendera a été trouvée dans les premiers écrits, écrits sur un rouleau de cuir à l’époque des serviteurs d’Horus [les rois précédant mena/menes] , à Memphis, dans un cercueil, à l’époque du Seigneur des deux terres… Pepi.

Hathor s’appelait la maîtresse du chant et la maîtresse de la danse. LesHathors S même représentent l’intimité de la musique et la danse sur les sept planètes les plus proches de nous, sur terre. Remarquez ci-dessous les sept danseurs du temple de Philae à Assouan.

Tous les corps vibrants, tourbillonnant (dansant), produisent des sons comme une chaîne vibrante qui produit du son lorsqu’il est frappé. Le son produit à partir de la corde dépend, entre autres, de son épaisseur/poids, de la vitesse de son mouvement, et de sa distance de l’oreille humaine.

De même, les sons (hauteurs relatives) produits à partir des planètes tourbillonnant sont fonction du poids des corps, de leurs vitesses particulières et de leurs positions relatives.

Pour reconnaître l’impact sur la terre par les sons célestes, la terre est considérée comme étant en mouvement, au centre de toutes choses. Les sept planètes qui ont un impact sur nous les habitants de la terre sont, de la plus proche à la plus éloignée: la lune, mercure, Vénus, soleil, mars, Jupiter et Saturne. Ils tournent, certains dans un plus grand et certains dans une orbite moindre. Ceux qui ont l’orbite inférieure tournent plus vite, et ceux qui ont la plus grande tourne plus lentement.

La lune, située le plus près de la terre, est le corps en mouvement le plus rapide, produisant ainsi une note de la plus haute hauteur. Saturne, le plus haut dans les cieux (et le plus éloigné de la terre), produit le pas le plus bas.

Le mouvement des sept planètes est mélodieux. L’évolution de la vitesse, de la direction, de la distance orbitale et de la taille des sept planètes produit les sept tonalités naturelles connues sous le nom d’échelle diatonique (do, re, mi, fa, sol, la, si).

L’application égyptienne ancienne de la relation entre les sept jours de la semaine, les tons naturels de l’échelle diatonique, et les sept planètes ont été clairement exprimés par DIO Cassius (2ème siècle ce) dans ses volumes histoire romaine, livre XXXVII [Articles 18, 19], qui indiquait sans équivoque:

La coutume de renvoyer les jours aux sept étoiles appelées planètes a été instituée par les Égyptiens, mais est maintenant trouvé parmi toute l’humanité, bien que son adoption par d’autres pays a été relativement récente; en tout cas les anciens Grecs ne l’ont jamais compris. Mais comme il est maintenant tout à fait la mode avec l’humanité en général et même avec les Romains eux-mêmes, et pour les égyptiens est déjà une tradition ancestrale, je tiens à écrire brièvement de celui-ci, en racontant comment et de quelle manière il a été arrangé. J’ai entendu deux explications, qui ne sont pas difficiles à comprendre, c’est vrai, même si elles impliquent certaines théories. Car si vous appliquez le «principe du tétrachlorord» (qui est censé constituer la base de la musique) à ces étoiles, par lequel tout l’univers du ciel est divisé en intervalles réguliers, dans l’ordre dans lequel chacun d’eux tourne, et commençant à l’orbite externe assignée à Saturne, puis omettant les deux prochains nom le Seigneur de la quatrième, et après cela passant plus de deux autres atteignent t Il septième, et vous revenez ensuite et répétez le processus avec les orbites et leurs divinités présidentes de cette même manière, en les assignant à plusieurs jours, vous trouverez tous les jours pour être dans une sorte de lien musical avec l’arrangement des cieux. C’est l’une des explications données; l’autre est la suivante. Si vous commencez à la première heure pour compter les heures du jour et de la nuit, assigner le premier à Saturne, le prochain à Jupiter, le troisième à mars, le quatrième au soleil, le cinquième à Vénus, le sixième à mercure, et le septième à la lune , selon l’ordre des cycles que les Égyptiens observent, et si vous répétez le processus, couvrant ainsi les 24 heures entières, vous constaterez que la première heure du jour suivant vient au soleil. Et si vous continuez l’opération pendant les 24 heures suivantes de la même manière qu’avec les autres, vous consacrerez la première heure du troisième jour à la lune, et si vous continuez de la même façon par le reste, chaque jour recevra sa planète appropriée. C’est donc la tradition égyptienne.

Voir le modèle musical égyptien de 24 x 7, conformément à la déclaration ci-dessus de Dio Cassius, qui est présentée sous peu.

La déclaration de Dio Cassius atteste de ces faits principaux:

1. la relation entre les sept jours de la semaine et les sons harmoniques naturels de l’échelle diatonique a été instituée par les égyptiens antiques. Une telle relation était une conséquence de la musique céleste des sept planètes (errantes).

La coutume de renvoyer les jours aux sept étoiles appelées planètes a été instituée par les Égyptiens. . . . et à eux déjà une tradition ancestrale. . .

2. la relation entre les sept planètes et les jours de la semaine (comme pratiqué par les Égyptiens), selon Dio Cassius, a commencé avec Saturne.

Commençant à l’orbite externe attribuée à Saturne… tous les jours pour être dans une sorte de connexion musicale avec l’arrangement des cieux…

 

 

3. les principes des tétrachlores ont été mis en œuvre dans le système musical égyptien antique, à la séquence susmentionnée des sept planètes. Dio Cassius a déclaré:

Si vous appliquez le “principe du tétrachlorord” (qui est censé constituer la base de la musique) à ces étoiles,. . .

Tetrachord est un mot qui signifie simplement quatre cordes. Les parties essentielles du tétrachlores étaient/sont les cordes supérieure et inférieure. Ceux-ci ont fait une quatrième parfaite les uns avec les autres. Le «quatrième parfait», en tant que tel, est le son fait par le quatrième ton naturel d’une note donnée. Si nous commençons l’échelle à, disons C (do), son quatrième sera F (fa) dans l’échelle ascendante.

Le plan de maître musical égyptien ancien montré ci-dessus indique comment les jours de la semaine forment un quatrième parfait entre eux. Exemples:

Dimanche – lundi: mi, FA, sol, la (E, F, G, A)

Jeudi – vendredi: do, re, mi, FA (C, D, E, F)

4. la Division du jour en 24 heures vient aussi des Egyptiens. En appliquant la première des planètes (Saturne) à la première heure du premier jour de la semaine, et dans chaque heure suivante, la planète suivante, dans l’ordre indiqué précédemment, nous trouverons, en répétant alternativement le même ordre, que la première heure du deuxième jour sera Corr épondre au soleil; le premier du troisième, à la lune, et ainsi de suite.

La Division du jour en 24 heures et la semaine en 7 jours fournit le modèle harmonieux parfait, où l’ordre des heures (jours) coïncide avec la distribution par quarts entre les jours consécutifs. En d’autres termes, un système ne pouvait pas être établi sans l’autre.

5. Dio Cassius a précisé spécifiquement que ni les Grecs ni les Romains n’ont divisé le jour en heures, ni le mois en portions de sept jours, ou semaines. C’est des Egyptiens, comme le témoigne Dio Cassius, que les autres peuples ont pris cette utilisation.

. . . son adoption par d’autres pays a été relativement récente; en tout cas les anciens Grecs ne l’ont jamais compris. Mais comme il est maintenant tout à fait la mode avec l’humanité en général et même avec les romains eux-mêmes, et pour les égyptiens est déjà une tradition ancestrale.

6. la table musicale purement égyptienne 24 x 7 fournit un système avec des axes de coordonnées qui correspond à l’ancien jeu égyptien de dames, qui a été la base pour choisir les tons et les modes appropriés, basé sur les diagonales tirées d’une référence particulière Point. Ce type de pensée concorde avec les textes astronomiques égyptiens qui sont appelés calendriers diagonaux et horloges étoiles diagonales. En d’autres termes, le choix des tonalités et des modes appropriés est intimement lié à l’harmonie des sphères.

 

[Un extrait traduit de The Enduring Ancient Egyptian Musical System – Theory and Practice de Moustafa Gadalla]

The Enduring Ancient Egyptian Musical SystemâTheory and Practice, Second Edition

Voir le contenu du livre à https://egypt-tehuti.org/product/ae-musical-system/

——————————————————————————————————————–

Points de vente de livres :

A – Les livres de poche imprimés sont disponibles sur Amazon.com

B – Le livre audio est disponible sur Amazon.comkobo.com, etc.

C : Le format PDF est disponible sur Smashwords.com

D – Le format Epub est disponible sur Kobo.com, Apple sur https://books.apple.com/us/author/moustafa-gadalla/id578894528 et Smashwords.com

E : Le format Mobi est disponible sur Amazon.com et Smashwords.com