Les Paramètres De Conception Harmonique

Les Paramètres De Conception Harmonique

 

La conception harmonique dans l’architecture de l’Égypte antique était réalisée grâce à l’unification de deux systèmes :

  1. Arithmétique (nombres importants).
  2. Graphique (carré, rectangles et quelques triangles).

L’union des deux systèmes reflète la relation des parties au tout, qui est l’essence de la conception harmonique.

Cette union de la conception arithmétique et graphique suit les éléments décrits ci-dessous.

1. Le Système Arithmétique Comprenait :

1-a. Les Axes Actifs

Un axe est une ligne imaginaire et idéale autour de laquelle un corps en mouvement tourne. En géométrie, un axe est également une ligne imaginaire, sans épaisseur.

Le temple égyptien était considéré comme une unité vivante et organique. Il est en mouvement constant ; ses alignements complexes et ses multiples asymétries le font osciller autour de ses axes. Ce mouvement a lieu au gré d’un rythme donné par le « module » ou le coefficient particulier de la chose ou de l’idée à définir.

La conception architecturale dans l’ancienne Égypte est notable pour sa forte symétrie apparente autour d’un axe longitudinal. C’est le résultat de la connaissance des anciens Égyptiens en matière de lois cosmiques. Le créateur égyptien reflétait cette légère asymétrie cosmique en veillant à ce que les éléments des deux côtés de l’axe ne soient pas exactement identiques. Tandis que la plupart sont équilibrés, les éléments ne sont pas symétriques. Deux exemples sont présentés sous des axes définis sur des dessins de l’Égypte antique.

La ligne d’axe se trouve dans quelques dessins ou croquis d’architecture en archive sur des papyrus ou des tablettes de différentes époques. Il s’agissait, probablement, de remarques de travailleurs et, malgré leur but pratique, ils présentent la ligne d’axe dessinée de la même manière conventionnelle que sur les dessins modernes.

Dans les monuments, l’axe est marqué par une ligne gravée sur les pierres de la rangée supérieure d’un bloc de fondation, comme c’est le cas dans le Temple de Louxor.

1-b. Points Importants (Le Long De L’Axe)

Des points importants étaient déterminés le long de l’axe de conception. Ces points marquent l’intersection avec des axes transversaux, l’alignement d’une porte centrale, la position d’un autel, le centre du sanctuaire, etc. Ces points importants suivent une progression arithmétique précise. Dans nombre des meilleurs plans, ces points importants se situent à des distances harmoniques les uns des autres, et leurs distances respectives expriment les chiffres de la Suite de Somme (appelée de Fibonacci) 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, 233, 377, 610,… L’analyse harmonique présente une suite de points importants lisible des deux côtés, c’est-à-dire que, s’il est inverti, un système de points important correspondrait également à la Suite avec le point de référence commençant du côté opposé du plan.

Les nombres élevés de la Suite de Somme étaient cristallisés dans les monuments égyptiens dès l’Ancien Royaume. La conception du temple pyramide de Khafrê (Khéphren) atteint une longueur totale de 233 coudées, tel qu’elle a été mesurée depuis la pyramide, avec une suite complète de DIX points importants.

Le temple de Karnak suit les chiffres de la Suite de Somme jusqu’à 610 coudées, soit DOUZE points importants. [Voir schémas des deux temples dans le chapitre suivant].

2. Le Système Graphique Comprenait :

2-a. Les Triangles Télescopiques

Le temple égyptien typique peut augmenter en largeur et en hauteur du sanctuaire vers le devant. Cette délimitation générale s’appuyait sur un « système télescopique » de conception depuis l’Ancien Royaume. L’augmentation de la largeur était réalisée grâce à l’utilisation de triangles 1:2, 1:4, et 1:8 consécutifs, à partir d’un ou de plusieurs points importants. [Voir schéma (partiel) du temple de Karnak ci-dessous.]

Cette même configuration télescopique est appliquée au plan vertical, où le sol du temple descendait et le toit montait vers les pylônes du temple, comme nous l’avons vu dans plusieurs temples dans un chapitre précédent de cet ouvrage.

2-b. Les Périmètres Rectangulaires

Les contours généraux horizontaux et verticaux présentent fondamentalement une forme rectangulaire, pour le plan général comme pour celui de ses parties constituantes. Les configurations les plus souvent utilisées sont :

  • Un carré simple, comme celui utilisé dans le temple de la pyramide de Khafrê (Khéphren) à Guizeh.
  • Un carré double ou rectangle 1:2, comme dans le complexe de Djéser à Saqqarah, la clôture intérieure à Karnak et la salle du festival de Thoutmosis III
  • Des rectangles racines – de nombreux exemples [présentés ci-dessous].

  • Le rectangle Neb (d’Or), où la « valeur numérique » du rapport entre les deux côtés est égale à 1,618 – beaucoup d’exemples comme dans le temple de la pyramide de Khafrê à Guizeh [présenté plus haut].

Le Plan Vertical

Les anciens Égyptiens étaient des maîtres du principe vertical tout comme de la ligne horizontale. Les hauteurs verticales suivaient la même croissance proportionnelle que les largeurs horizontales, dans la mesure où des additions étaient effectuées sur le devant des monuments – un aspect caractéristique des temples égyptiens.

La proportion harmonique était appliquée par les anciens Égyptiens dans toutes les trois dimensions, comme suit :

  • Les pyramides (bases carrées et volume triangulaire).
  • Le cas éclatant de la Chambre du Roi dans la pyramide de Khoufou (Khéops), qui présente les relations exactes pour la grande diagonale dans l’espace par rapport à la dimension du côté. [Voir schéma au chapitre 8.]
  • Les pylônes. [Voir schéma au chapitre 8.]
  • Portes d’entrée/portails/portes. [Voir schéma au chapitre 8.]
  • Les hauteurs verticales suivaient la même croissance proportionnelle que les largeurs horizontales, dans la mesure où des additions étaient effectuées sur le devant des monuments – un aspect caractéristique des temples égyptiens.

Le prochain chapitre de cet ouvrage présente différentes applications de la conception harmonique dans les œuvres de l’Égypte antique tout au long de son histoire retrouvée et sur l’ensemble de son territoire.

 

[Un extrait de L’Architecture Métaphysique des Anciens Égyptiens de Moustafa Gadalla]

Afficher le contenu du livre a https://egypt-tehuti.org/product/larchitecture-metaphysique-des-anciens-egyptiens/

———————————————————————————————————————-

Points de vente de livres :

A – Les livres de poche imprimés sont disponibles sur Amazon.com

B : Le format PDF est disponible sur Smashwords.com

C – Le format Epub est disponible sur Kobo.com, Apple sur https://books.apple.com/us/author/moustafa-gadalla/id578894528 et Smashwords.com

D : Le format Mobi est disponible sur Amazon.com et Smashwords.com